Arrivé à Arzon, à mi parcours, nous ne sommes donc plus que deux en course sur le trio de départ. La fatigue est bien présente et le manque de sommeil se fait sentir.

Le calvaire ne fait que commencer !

Les douches sont dans un état tellement dégueulasses, que je suis content d’avoir embarqué des lingettes pour bébé. Je m’essuie avec et enfile une tenue propre. Et de toute façon la barrière horaire est proche. Il faut bientôt repartir. Je n’ai même pas le temps de faire examiner mes pieds par les podologue. Je masse, change de chaussettes et enfile une nouvelle paire de chaussures. Un soulagement !  Merci encore Stéphane pour m’avoir offert cette paire.  Hyper confortable et légères